Articles

Vos portes et fenêtres sont-elles bien calfeutrées pour l’hiver?

Novembre 22, 2016 | André Dumont, inspecteur en bâtiment

Des joints de calfeutrant fendillés, d’autres décollés ou déchirés. Voilà de belles portes d’entrée pour l’air frais de l’hiver (brrr!), de quoi faire gonfler votre facture de chauffage! Il y a aussi un grand risque d’infiltrations d’eau.

Allez examiner le pourtour de vos fenêtres! PHOTO : Inspecteur D
Allez examiner le pourtour de vos fenêtres! PHOTO : Inspecteur D

À l’approche de l’hiver, il est encore temps de refaire à neuf le calfeutrant de vos portes et fenêtres. Choisissez une journée sèche, la plus chaude possible (5 degrés C ou plus). Conservez les tubes à une température d’intérieur.

Lors de mes inspections préachat, je repère sur presque toutes les propriétés des joints de calfeutrant en mauvais état autour des portes et des fenêtres. À moins d’avoir été installés par des spécialistes du calfeutrage, ces scellants de silicone ou de thermoplastique ne durent parfois même pas dix ans.

Exposé aux rayons ultraviolets du soleil et aux variations de température, le scellant s’assèche, craque et se rétrécit. Tout cela a l’air bien banal, mais l’effet peut faire grimper votre facture de chauffage. De plus, l’eau peut s’infiltrer goutte par goutte pendant des années sans que des dommages ne deviennent visibles.

Sur les murs extérieurs en maçonnerie, le déchirement du calfeutrant autour des fenêtres peut être un signe d’un problème très inquiétant : la façade cherche à se détacher du bâtiment!

Vérifiez aussi le scellant des seuils de porte. PHOTO : Inspecteur D
Vérifiez aussi le scellant des seuils de porte. PHOTO : Inspecteur D

Chevauchement inadéquat

Sur les maisons neuves, trop souvent, le scellant est appliqué en trop petite quantité, de sorte qu’il ne chevauche pas suffisamment les deux surfaces (revêtements extérieurs et des cadres des portes et fenêtres). En aussi peut que cinq ans, le calfeutrage est à refaire.

C’est parfois le propriétaire du bâtiment qui souhaite des joints de calfeutrant minces, par souci d’esthétisme. Erreur. Il faut viser une largeur de 16 à 20 mm.

De plus, il est préférable d’éviter de créer un joint trop mince en lui donnant une forme concave en le lissant avec le doigt, comme cela se fait couramment avec les scellants appliqués à l’intérieur, à la jonction des murs et des moulures, par exemple.

Les professionnels lissent leurs joints avec un bâtonnet de bois trempé dans une substance qui l’empêche de coller. Cela donne un joint à 45 degrés, d’une épaisseur idéale de 12 mm. Ce lissage vient effacer les bourrelets si faciles à provoquer avec le fusil à calfeutrage. Ces bourrelets tendent à retenir la saleté et la poussière.

Avec le temps, le scellant se fendille et perd son étanchéité. PHOTO : Inspecteur D
Avec le temps, le scellant se fendille et perd son étanchéité. PHOTO : Inspecteur D

Refaire l’ensemble du calfeutrage des portes et fenêtres par une entreprise spécialisée peut contribuer à rassurer un acheteur. L’opération coûte aussi peu que 800 $ sur un petit bungalow et jusqu’à 3000 $ pour une grande résidence avec fenestration abondante. Les bons entreteneurs prennent soin de retirer le vieux scellant, de bien nettoyer les surfaces et de leur appliquer un apprêt avant d’apposer le scellant.

À lire aussi, sur le site de CAA-Québec : Scellants d’extérieur : pour faire halte aux dommageables infiltrations